Comment traiter les cicatrices et prévenir les chéloïdes ?

Comment traiter les cicatrices et prévenir les chéloïdes ?

La chirurgie, les blessures au couteau ou les brûlures peuvent produire des cicatrices plus ou moins profondes. Approfondissons ce sujet pour comprendre quand les cicatrices doivent être suspectes et quel type de mesures nous pouvons mettre en place pour favoriser une bonne cicatrisation ou même comment les recouvrir d’un point de vue esthétique.

La guérison, ou temps de cicatrisation, peut être divisée en phases suivantes :

  • une phase inflammatoire qui peut durer jusqu’à 5 jours ;
  • une phase proliférative qui dure 3-4 semaines ;
  • une phase de maturation qui peut durer jusqu’à deux ans ou plus.

Le résultat de ce processus peut produire une cicatrice normale dans laquelle la plaie est lisse et claire, mais aussi des cicatrices dites pathologiques :

Cicatrice atrophique (dépressions cicatricielles)

Il s’agit d’une réparation non parfaite dans laquelle les bords de la plaie sont largement espacés de sorte qu’en cas de traumatisme ou de traction, elle peut se rouvrir. Cela se produit parce que le tissu formé est insuffisant pour couvrir entièrement la lésion cutanée et qu’une dépression est créée dans la peau.

Cicatrice hypertrophique

Elle se forme le plus souvent dans les plaies liées aux articulations. Le tissu fibreux est généré en grande quantité, formant une cicatrice surélevée et parfois douloureuse qui reste dans les limites de la plaie.

Cicatrice chéloïde

Lorsque les cicatrices s’étendent au-delà des bords de la plaie, on parle de chéloïdes. Elles sont le résultat d’une surproduction de collagène au cours de la cicatrisation pathologique. Dans ce cas, la formation d’une cicatrice s’étend bien au-delà des limites de la plaie dont elle est issue, en raison de causes fondamentalement inconnues mais qui dépendent de la prédisposition individuelle.

On estime que les chéloïdes ne touchent qu’environ 10 % des personnes, tandis que les cicatrices hypertrophiques sont plus fréquentes.

Comment reconnaître les chéloïdes ?

Les chéloïdes sont des nodules rougeâtres épais, arrondis et irréguliers qui se développent même après la guérison de la plaie, provoquant une importante accumulation de tissu cicatriciel.

Le sternum, les lobes d’oreille, les épaules et les joues sont les sites les plus courants des cicatrices chéloïdes.

Comment traiter les cicatrices ?

Bien qu’il soit impossible de contrôler la prédisposition individuelle à la cicatrice chéloïde, il est possible d’agir sur certains points pour favoriser le développement de la cicatrice.

Pansements médicaux en silicone

La plaie doit évidemment être soigneusement désinfectée, et l’infection est le premier problème à éviter, mais ensuite, pendant 4-5 mois, il est conseillé de la protéger avec des pansements ou des lames à base de silicone. Ce type d’emplâtre permet à la peau de « respirer » et contrôle en même temps le développement du collagène.

Une attention maximale au soleil

La photoprotection est très importante, il est bon d’appliquer une crème solaire à écran élevé (50+) sur la cicatrice pour éviter la pigmentation de la cicatrice par les rayons UV.

La crème doit être appliquée plusieurs fois par jour : chaque fois que vous sortez et en tout cas après deux heures d’exposition continue au soleil. L’exposition au soleil peut avoir des effets néfastes sur les zones en cours de guérison. L’exposition des zones traitées au soleil peut accroître la visibilité des cicatrices et retarder la guérison.

Massage des cicatrices

La cicatrice peut être traitée avec une crème spécifique – hydratante – et massée vers la cicatrice, ce qui est utile car cela sert à « décoller » les adhérences qui peuvent se former.

Le maquillage des cicatrices

Les cicatrices, qu’elles soient petites ou grandes, peuvent provoquer un sentiment d’inconfort et de gêne qui peut même conduire à éviter les situations sociales. Dans ce cas, le maquillage correcteur peut aider à réduire leur visibilité, ce qui donne une peau plus lisse. Voici les étapes à suivre pour obtenir un maquillage impeccable :

  1. Base de maquillage : en cas de cicatrices, la première chose à faire, après avoir bien nettoyé le visage, est d’hydrater la peau. Une bonne hydratation rendra les étapes suivantes moins fatigantes et donnera de l’éclat au teint.
  2. Primer : une fois la peau hydratée, il est temps d’appliquer un primer. Sa fonction est de rendre la peau uniforme et lisse, afin que votre maquillage reste intact le plus longtemps possible.
  3. Correcteur de couleur : le correcteur est disponible en différentes couleurs, chacune d’entre elles ayant une fonction spécifique et visant à atténuer une imperfection cutanée particulière afin qu’elle soit moins visible. Afin de choisir le correcteur le plus adapté à nos besoins, il peut être utile de se référer à la théorie des couleurs selon laquelle les couleurs complémentaires s’annulent. Par exemple, si la cicatrice est rougeâtre, le correcteur vert est le plus approprié à utiliser car, associé au rouge, il le neutralise.
  4. Fond de teint : qu’il soit fluide, compact ou en poudre, il est conseillé de choisir un fond de teint opaque, plus concentré en pigments que les fonds de teint traditionnels.
  5. Fixation : l’application de la poudre est essentielle pour assurer la tenue du maquillage. Afin de ne pas alourdir les choses, il est préférable d’opter pour une poudre légère et transparente, surtout dans la zone T. Enfin, un spray fixateur résistant à l’eau peut être utilisé pour sceller le produit.

 

 

Les commentaires sont clos.