Tout sur les troubles sexuels chez la femme

Tout sur les troubles sexuels chez la femme

Les troubles sexuels chez les femmes ont fait l’objet de relativement peu de recherches, et les études sont beaucoup moins nombreuses que chez les hommes. Nous savons cependant que, comme pour les problèmes masculins, les raisons qui conduisent aux troubles sexuels peuvent être de différentes natures : les causes physiques sont souvent entremêlées de raisons psychologiques, tout comme il est possible de trouver des problèmes dans lesquels la sphère corporelle ou la sphère émotionnelle ou affective sont significativement interconnectées entre elles.

Il convient de souligner qu’un certain type de problème sexuel est toujours présent dans les situations de dépression, de stress, de problèmes relationnels ou de manque d’acceptation de son propre corps. De plus, les dysfonctionnements sexuels féminins peuvent souvent être attribués à des problèmes physiques :

des problèmes gynécologiques, tels que des infections et des irritations vaginales ;
problèmes médicaux, c’est-à-dire cancer, certaines maladies endocriniennes, insuffisance rénale chronique, cirrhose du foie, diabète, sclérose en plaques, lésion de la moelle épinière, traumatisme cérébral, maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer ;

Les traitements médicamenteux, antihypertenseurs, antidépresseurs, antipsychotiques, anxiolytiques, anti-inflammatoires stéroïdiens, peuvent provoquer des dysfonctionnements sexuels ;
À la ménopause, la carence en œstrogènes diminue la lubrification vaginale et augmente la douleur pendant les rapports sexuels. Les changements hormonaux peuvent également entraîner une diminution du désir sexuel.

Au niveau neurologique, physiologique, vasculaire et musculaire, une série de changements se produisent avant, pendant et après les activités sexuelles, qui influencent et sont influencés par nos pensées et nos émotions. Le cycle de la réponse sexuelle peut être divisé en trois phases principales : le désir, l’excitation et l’orgasme. Chaque phase prépare le corps à la suivante, et les composantes psychologiques jouent un rôle extrêmement important dans chacune d’elles. Il est possible, en effet, qu’un ralentissement ou un blocage se produise dans le processus ou le cycle de la réponse sexuelle, en raison de problèmes émotionnels, cognitifs, individuels ou relationnels.

La personne peut éprouver une sensation désagréable pendant les rapports sexuels, ce qui peut à son tour influencer les expériences sexuelles ultérieures, et au fil du temps, un cycle vicieux ou auto-entretenu peut s’établir qui, une fois commencé, a peu de chances de se résoudre spontanément sans l’aide d’un spécialiste.

En plus de certains troubles spécifiquement liés au sexe, à la sexualité et à la dimension érotique, il en existe d’autres qui, au contraire, affectent le genre et le rôle féminin. Ainsi, les problèmes psychologiques peuvent être associés aux ménarches, aux menstruations et à l’aménorrhée, à la grossesse, à la puerpéralité et à la ménopause, ou encore être le résultat d’abus dans le cadre de soins obstétricaux-gynécologiques ou même d’une interruption volontaire de grossesse (IVG).

En général, les problèmes de sexualité les plus courants chez les femmes sont les suivants :

  • vaginisme
  • dyspaurénie
  • anorgasmie
  • troubles de la grossesse
  • troubles de la puerpéralité
  • syndromes de violence obstétricale
  • fausse couche ou interruption spontanée de grossesse (IVG)
Les commentaires sont clos.