Crises de sommeil pendant la journée : comment traiter l’hypersomnie ?

Crises de sommeil pendant la journée : comment traiter l’hypersomnie ?

Lorsque l’on pense aux troubles du sommeil, l’insomnie vient immédiatement à l’esprit. En réalité, il existe d’autres problèmes qui peuvent interférer avec notre repos et provoquer une somnolence excessive pendant la journée. Parmi celles-ci figure l’hypersomnie, un état qui peut être déclenché par différentes causes et prendre des manifestations variées, plus ou moins graves selon la situation dans laquelle il se produit.

L’hypersomnie peut résulter de la narcolepsie, mais elle peut aussi être liée à d’autres maladies, à la prise de certains médicaments ou à des problèmes psychiatriques, par exemple. Découvrons ensemble ce trouble, ses causes, ses symptômes et comment le traiter.

Hypersomnie : qu’est-ce que c’est ?

L’hypersomnie est un groupe de troubles du sommeil chroniques caractérisés par un besoin excessif de sommeil ou une somnolence diurne continue qui entrave l’accomplissement des activités quotidiennes.

Plus précisément, on parle d’hypersomnies d’origine centrale lorsque ces symptômes ne sont pas causés par des facteurs qui interfèrent avec le sommeil, comme l’apnée du sommeil ou les troubles du rythme circadien. Cependant, de telles circonstances sont souvent à l’origine de la somnolence diurne et doivent être exclues afin de parvenir à un diagnostic d’hypersomnie centrale.

Les personnes souffrant d’hypersomnie ont tendance à ressentir le besoin de faire des siestes répétées pendant la journée. Comme il s’agit d’une affection variée et complexe, elle peut se manifester de différentes manières, notamment par des crises de sommeil dans des contextes inappropriés tels que le travail, une conversation, un repas, ou même dangereux comme au volant.

En général, la gravité du tableau est définie précisément sur la base du caractère inapproprié des situations dans lesquelles la personne a tendance à s’endormir. Comme nous le verrons, les causes sous-jacentes peuvent également être très différentes.

crises-sommeils-jour

Symptômes de l’hypersomnie

En général, les hypersomnies peuvent provoquer des symptômes tels que ceux-ci :

  • difficulté à se réveiller ;
  • sensation de désorientation après le sommeil ;
  • une capacité réduite à rester éveillé pendant la journée, notamment dans des contextes monotones ;
  • des crises de sommeil, même dans des contextes inappropriés ;
  • une réduction de l’énergie ;
  • l’anxiété et l’agitation ;
  • lenteur à penser ou à parler ;
  • difficulté à maintenir la concentration ;
  • des difficultés de mémoire.

Les hypersomnies d’origine centrale sont ensuite divisées en hypersomnies primaires et secondaires. Voyons un peu plus en détail cette classification.

Hypersomnie primaire

L’hypersomnie primaire est une affection neurologique qui survient d’elle-même et n’a pas de cause sous-jacente connue. Voyons quels sont les troubles qui entrent dans cette catégorie.

Narcolepsie de type 1

Dans la narcolepsie de type 1, la somnolence diurne excessive est associée à la cataplexie (la perte soudaine du tonus musculaire pendant l’éveil en raison de stimuli émotionnels), à des hallucinations et à la paralysie du sommeil. Comme la narcolepsie de type 2, elle survient généralement entre 10 et 30 ans.

Narcolepsie de type 2

La narcolepsie de type 2, comme la narcolepsie de type 1, se caractérise par des symptômes tels que la somnolence diurne, la paralysie du sommeil et les hallucinations. Contrairement au premier type, cependant, la cataplexie ne se produit pas.

Hypersomnie idiopathique

L’hypersomnie idiopathique se manifeste par une somnolence diurne sévère, même après une longue nuit de sommeil ininterrompu, et tend à apparaître à l’adolescence ou au début de la vingtaine.
Les personnes souffrant de ce trouble dorment souvent pendant de très longues périodes (jusqu’à 11 heures par nuit ou plus), mais cela ne les aide pas à se sentir mieux, et elles ont tendance à se sentir confuses et étourdies pendant un certain temps après le réveil. Contrairement à la narcolepsie, les siestes tout au long de la journée ne sont pas non plus réparatrices.

Les personnes souffrant d’hypersomnie idiopathique ont également un rythme de sommeil régulier pendant la nuit (dans la narcolepsie, le sommeil est très fragmenté), ne souffrent pas de cataplexie.

Le syndrome de Kleine-Levin

Le syndrome de Kleine-Levin est un trouble neurologique rare caractérisé par des crises cycliques d’hypersomnie, d’hyperphagie (augmentation de l’appétit) et de troubles cognitifs et comportementaux. Ces épisodes peuvent durer plusieurs jours ou semaines, entrecoupés de périodes de bien-être.

Hypersomnies secondaires

Ce groupe comprend les hypersomnies résultant d’un problème médical, de la consommation de drogues ou de substances, de troubles psychiatriques ou d’un syndrome de mauvais sommeil. Voyons un peu plus en détail ces circonstances individuelles.

L’hypersomnie secondaire peut être une conséquence de, par exemple :

  • la maladie de Parkinson ;
  • les maladies génétiques ;
  • traumatisme crânien concomitant ;
  • des lésions du système nerveux central ;
  • les maladies endocrinologiques ;
  • les maladies métaboliques.

Consommation de drogues ou de substances somnifères

L’utilisation et l’abus de médicaments ou de substances ayant un effet sédatif peuvent provoquer une hypersomnie. L’arrêt de la prise de médicaments stimulants peut également provoquer cet état.

Troubles psychiatriques

L’hypersomnie peut également être associée à des troubles de l’humeur tels que la dépression ou les troubles bipolaires.

Le syndrome de privation de sommeil

Se produit lorsqu’une personne ne parvient pas à dormir régulièrement un nombre suffisant d’heures en raison, par exemple, d’une mauvaise hygiène du sommeil, c’est-à-dire de la mise en œuvre d’une série d’habitudes permettant d’améliorer la qualité du sommeil.

Comme nous l’avons mentionné au début, la somnolence diurne excessive est souvent causée par des troubles du sommeil de diverses natures, tels que l’apnée obstructive du sommeil, le syndrome des jambes sans repos (un trouble du système nerveux qui provoque un besoin urgent de bouger les jambes), l’insomnie et les troubles du rythme circadien. Pour diagnostiquer une hypersomnie d’origine centrale, il faut cependant exclure ces causes.

hypersomnie-journee

Comment diagnostiquer l’hypersomnie ?

Si vous souffrez d’une somnolence intense et constante pendant la journée, qui vous empêche de mener à bien vos activités quotidiennes, il est conseillé de consulter votre médecin.

Après vous avoir interrogé sur vos habitudes de sommeil, comme le nombre d’heures que vous dormez par nuit et si vous vous réveillez la nuit, votre médecin tentera de savoir si vous prenez des médicaments susceptibles d’affecter votre hypersomnie et si vous souffrez d’un trouble de l’humeur, afin d’écarter les causes de votre somnolence. Il peut ensuite demander au patient de tenir un agenda du sommeil pendant quelques semaines, dans lequel il notera les épisodes de somnolence et les habitudes de sommeil.

Si nécessaire, il prescrira une visite chez un spécialiste pour des tests tels que :

  • la polysomnographie, utile pour écarter des troubles tels que la narcolepsie et l’apnée du sommeil ;
  • les tests de latence multiple, l’étape suivante après la polysomnographie, qui permet de connaître le temps que met le patient pour s’endormir (en cas d’hypersomnie idiopathique, ce temps ne doit pas dépasser 8 minutes).

Si les tests montrent que la personne souffre d’une somnolence diurne sévère avec le besoin de faire de nombreuses siestes pendant la journée, sans qu’une cause précise de cet état ait été identifiée, le médecin peut diagnostiquer une hypersomnie idiopathique. Pour établir le diagnostic, il faut généralement que les symptômes soient présents depuis au moins trois mois.

Crises de sommeil pendant la journée : comment traiter l’hypersomnie ?

Comme vous pouvez facilement le deviner, le traitement dépend largement de la cause du trouble et du fait qu’il s’agisse d’une hypersomnie primaire ou secondaire.

Dans le cas de l’hypersomnie idiopathique, bien qu’il n’existe pas de médicaments spécifiques pour ce trouble, les médicaments utilisés pour la narcolepsie sont souvent prescrits. Il s’agit de stimulants tels que le modafinil, la dexamphétamine et le méthylphénidate, qui visent à aider la personne à rester éveillée tout au long de la journée. D’autres traitements peuvent inclure des antidépresseurs.

Il est tout aussi important d’intervenir sur les habitudes de sommeil pour améliorer la qualité du sommeil. Par exemple, il est conseillé de :

  • éviter la caféine, l’alcool et les médicaments qui aggravent l’hypersomnie ;
  • évitez de travailler la nuit et toute activité qui retarde l’heure du coucher ;
  • suivez toujours la même routine avant de vous endormir et allez vous coucher à la même heure tous les jours.

Intervenir le plus tôt possible si vous souffrez de troubles du sommeil est très important pour votre santé. Par exemple, dormir un nombre d’heures suffisant est l’un des comportements recommandés pour la prévention des maladies cardiovasculaires, en plus du régime alimentaire et de l’activité physique.

Les commentaires sont clos.