reseaux-sociaux-sante-mentale

Réseaux sociaux et santé mentale

Les réseaux sociaux sont devenus une partie omniprésente de notre vie quotidienne.

Il y a fort à parier qu’au moment où vous lisez ces lignes, vous avez déjà consulté plusieurs formes de réseaux sociaux aujourd’hui… et que vous en verrez encore plus d’ici la fin de la journée.

Il ne s’agit ni d’une bonne ni d’une mauvaise chose en soi, mais d’une nouvelle facette de notre vie sociale dont il faut être conscient, notamment en ce qui concerne la santé mentale. (Et, comme nous en parlons souvent, la santé mentale a un impact significatif sur la santé physique globale).

Les avantages et les inconvénients des réseaux sociaux pour la santé

Les réseaux sociaux présentent certainement de nombreux avantages pour nous : ils nous aident à rester en contact avec nos amis et notre famille, et la connectivité sociale contribue effectivement à des résultats positifs en matière de santé ! Les réseaux sociaux mettent également la création et la distribution de nouvelles entre les mains du « peuple » et, ce faisant, ont contribué à d’importants mouvements sociaux en donnant la parole à des sujets et des populations qui ne sont généralement pas bien représentés dans les médias traditionnels.

Mais les réseaux sociaux ont aussi leurs inconvénients : la cyber-intimidation, qui est devenue une véritable préoccupation pour les enfants (ainsi que pour leurs parents et leurs enseignants, qui s’efforcent de jouer les médiateurs dans l’immensité du cyberespace), ainsi que la diffusion non réglementée de fausses informations, qui est actuellement un problème dans le climat politique et le processus électoral français.

Ce sont tous des problèmes importants dont il faut être collectivement conscient.

Mais, outre les conséquences sociétales des réseaux sociaux, ceux-ci ont également des conséquences plus profondes et plus personnelles dont les personnes actives sur les réseaux sociaux devraient être personnellement conscientes – et prendre des mesures pour les gérer de manière saine.

Les effets des réseaux sociaux sur la santé mentale

Même pour ceux d’entre nous qui ne sont pas victimes de cyber-intimidation (ce qui constitue un problème de santé mentale en soi), le fait de passer du temps sur les réseaux sociaux a des effets négatifs importants sur la santé mentale.

Les recherches suggèrent que l’utilisation des médias sociaux peut créer une dépendance, ce qui signifie que notre cerveau est programmé pour les utiliser et continuer à les utiliser pour se sentir « normal ». Les comportements de dépendance (ceux que notre cerveau rationnel ne conduit pas intentionnellement) ne sont, bien sûr, pas sains à adopter.

D’autres recherches ont montré que l’augmentation du temps passé sur les réseaux sociaux est corrélée à une augmentation des sentiments de tristesse, de solitude et de jalousie. Là encore, ce ne sont pas des sentiments que nous cherchons à cultiver pour mener une vie heureuse et saine.

Il est de plus en plus bien documenté que plus nous passons de temps sur les réseaux sociaux, plus nous diminuons notre bien-être général, à la fois mentalement et physiquement.

Maintenant, cela ne signifie pas qu’une « vie saine » nécessite une abstinence totale de toutes les plateformes sociales. Il existe certaines façons de continuer à bénéficier des avantages des réseaux sociaux, tout en limitant leurs effets secondaires négatifs.

Comment rester en bonne santé mentale sur les réseaux sociaux ?

Voici quelques conseils pour rester en bonne santé mentale tout en continuant à profiter des avantages des réseaux sociaux :

Connaissez votre objectif

Savoir pourquoi vous utilisez les médias sociaux vous aide à rester en phase avec cet objectif et à reconnaître quand votre utilisation ne sert plus cet objectif.

Par exemple, si vous utilisez une certaine plateforme sociale pour rester en contact avec des amis et des membres de votre famille qui n’habitent pas près de chez vous, utilisez-la et profitez-en. Mais si vous vous retrouvez à faire défiler votre fil d’actualité, à vous perdre dans des heures de vidéos de chats ou à traquer sur Facebook vos camarades de lycée, le fait de connaître votre objectif vous aidera à vous rappeler gentiment que je ne suis pas là pour ça.

Le fait d’être conscient de votre objectif (et de savoir quand vous vous en éloignez) vous permet de vous recentrer sur ce que vous voulez vraiment retirer du temps passé sur les plateformes sociales.

Modifiez vos flux de réseaux sociaux

Lorsque vous connaissez votre objectif, vous pouvez également mieux choisir la manière dont vous souhaitez organiser vos flux de réseaux sociaux pour atteindre cet objectif.

Par exemple, si vous utilisez Facebook simplement pour rester en contact avec vos amis et votre famille éloignés, vous n’avez pas vraiment besoin d’un flux contenant 1 000 connaissances. De même, si vous êtes venu sur Instagram pour être inspiré par du contenu artistique, vous n’êtes pas obligé de suivre à nouveau tous ceux qui vous suivent – choisissez simplement les comptes qui publient du contenu inspirant que vous aimeriez voir.

En connaissant votre objectif sur chaque plateforme et en sélectionnant vos flux en conséquence, vous pouvez remplir votre objectif de présence sur la plateforme et éviter le « bruit » potentiellement toxique dont vous ne voulez pas, dont vous n’avez pas besoin et pour lequel vous ne vous êtes pas inscrit.

Ce qui nous amène au conseil suivant :

Unfollow

Vous vous surprenez à faire défiler votre flux, devenant constamment enragé par les messages politiques mal informés de votre oncle, ou les divagations profondément personnelles d’une connaissance à laquelle vous n’avez pas parlé depuis 15 ans ? Suppression.

Dans certains cas, il peut être judicieux d’éliminer totalement de votre liste d’amis une personne avec laquelle vous ne souhaitez pas rester en contact. (Ne vous inquiétez pas, réduire la taille de votre réseau social n’est pas méchant, et la personne ne le saura probablement jamais).

Mais si vous souhaitez rester « amis » (quel que soit le sens que vous donnez à ce terme dans le contexte des réseaux sociaux), le simple fait de ne plus suivre une personne qui publie du contenu offensant ou déclencheur peut contribuer à réduire l’expérience négative d’un contact régulier avec cette personne.

Il ne s’agit pas de suggérer d’effacer sans réfléchir toute personne qui n’est pas d’accord avec vous sur un sujet. La diversité de pensée est saine ! Il est important d’être exposé à un éventail de points de vue et de contextes, et de faire de son mieux pour apprendre d’eux.

La recommandation d’exclusion est réservée aux cas extrêmes, c’est-à-dire aux personnes qui diffusent régulièrement de la haine et de la négativité, qui partagent des informations erronées ou qui vous donnent tout simplement un sentiment de malaise par leur présence en ligne.

(Nous vous laissons le soin de déterminer si votre désir d’unfollow provient de votre propre difficulté à être exposé à des points de vue différents, ou si vous avez vraiment affaire à une personne qui a des pratiques malsaines sur les réseaux sociaux dont il vaut mieux s’éloigner).

La comparaison est le voleur de la joie

Le jeu des comparaisons est l’un des moyens les plus connus par lesquels les réseaux sociaux contribuent à réduire la santé mentale.

Les réseaux sociaux sont une sorte de bande dessinée. Les gens s’en servent pour partager leurs « meilleurs » moments : moments heureux, souvenirs amusants, journée de coiffure exceptionnelle, etc. Même si nous en sommes vaguement conscients (et que nous ne postons pas nos propres photos de mauvaise journée capillaire), il est facile de tomber dans le piège qui consiste à penser que quelqu’un d’autre a tout, que sa vie est magnifique comparée à la nôtre, que nous avons des lacunes.

Ce piège est difficile à gérer, mais la prise de conscience est un pouvoir.

Lorsque vous vous apercevez que vous jouez au jeu de la comparaison, faites une pause. Rappelez-vous que la personne dont le message suscite des sentiments de jalousie ou d’insécurité est aussi un être humain, tout comme vous. Elle a ses propres défis et insécurités. Ils ont peut-être pris 40 photos pour essayer d’obtenir l’angle qui leur plaît pour la photo que vous voyez.

Dans le cas des influenceurs Instagram, ils peuvent avoir dépensé des milliers de dollars en coiffure et maquillage professionnels et en chirurgie esthétique dans les coulisses de cette photo. (Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais c’est une réalité que beaucoup de gens ne prennent pas en compte lorsqu’ils regardent une photo et se demandent pourquoi ils sont la seule personne à ne pas avoir un bronzage éclatant et des cheveux gorgés de soleil en plein hiver).

La comparaison est le voleur de la joie, et comparer notre vie à celle des personnes que nous voyons sur les réseaux sociaux ne nous aide pas à trouver de la joie dans nos propres moments heureux.

Surveillez votre temps d’écran

L’une des meilleures façons de modifier l’impact des réseaux sociaux sur votre santé mentale est de surveiller votre temps d’écran et de fixer des limites si nécessaire !

Si vous avez tendance à passer la journée à faire défiler vos flux sociaux, ou si c’est votre seconde nature d’ouvrir votre application Facebook lorsque vous avez un moment de répit, c’est particulièrement important.

Facebook et Instagram vous permettent tous deux de fixer des limites de temps pour votre temps d’écran – et ils vous rappellent lorsque vous les avez atteintes.

Une autre astuce courante consiste à supprimer les applications sociales de votre téléphone. Ainsi, pour accéder à vos comptes de réseaux sociaux, vous devrez vous connecter à chaque fois. Ce léger retard dans l’accès à votre compte est incroyablement efficace pour donner à votre cerveau la pause nécessaire pour évaluer si vous voulez vraiment le faire ou si vous le faites par habitude.

Faites une pause dans les réseaux sociaux

Parfois, une pause dans les réseaux sociaux est nécessaire. Il ne s’agit pas forcément de supprimer complètement votre compte et de ne plus jamais utiliser les médias sociaux. Mais faire une pause (ou, comme certains le disent, une « désintoxication aux réseaux sociaux ») peut vous aider à vous remettre les idées en place pour reprendre des habitudes plus saines et plus intentionnelles.