Vitiligo (manque de mélanine) : comment le reconnaître et le traiter ?

Vitiligo (manque de mélanine) : comment le reconnaître et le traiter ?

Le terme vitiligo désigne une maladie de la peau dans laquelle, en raison d’un manque de mélanine, des taches pâles se forment. On ne connaît pas encore les causes de cette maladie, même si l’on pense que des facteurs auto-immuns sont impliqués. Bien qu’il existe différents traitements permettant de redonner à la peau sa couleur d’origine, il s’agit d’une affection pour laquelle il n’existe toujours pas de traitement définitif et qui peut entraîner une grande détresse psychologique chez les personnes qui en souffrent. Essayons d’en savoir plus sur le vitiligo, ses symptômes et les traitements disponibles aujourd’hui.

Qu’est-ce que le vitiligo ?

Le vitiligo est une maladie de la peau qui se traduit par l’apparition de plaques de couleur claire. Cela se produit lorsque les mélanocytes – les cellules qui produisent la mélanine, la substance qui détermine la couleur de la peau, des cheveux et des yeux – meurent ou cessent de fonctionner. Cette affection touche environ 1 % de la population mondiale, quel que soit le sexe, et peut concerner toutes les ethnies – elle tend à être plus marquée chez les personnes à la peau foncée – et à tout âge, bien qu’elle se manifeste généralement avant 30 ans. Heureusement, il ne s’agit pas d’une maladie contagieuse ou douloureuse.

Causes du vitiligo : quels sont les facteurs déclenchants ?

Comme mentionné ci-dessus, l’apparition de taches blanches ou claires sur la peau (dépigmentation) est due au fait que les cellules responsables de la production de mélanine meurent ou cessent de fonctionner. L’origine de la maladie est encore inconnue et aucun facteur déclenchant précis n’a été trouvé. Cependant, les causes suivantes sont suspectées :

  • un trouble du système immunitaire : cela signifie que l’organisme, pour se défendre, attaque par erreur ses propres tissus (d’ailleurs, dans environ 20 % des cas, le vitiligo est associé à d’autres maladies auto-immunes comme le diabète de type I, la thyroïdite de Hashimoto, l’anémie pernicieuse).
  • Hérédité : la fréquence de cette maladie tend à être plus élevée chez les personnes d’une même famille.
  • Des événements tels que les coups de soleil, les traumatismes cutanés de diverses natures, le contact avec des produits chimiques.
  • Causes métaboliques : on pense que les personnes souffrant de vitiligo peuvent avoir des problèmes avec leur métabolisme ou leurs glandes endocrines, ce qui entraîne un stress oxydatif conduisant à une accumulation de radicaux libres et de peroxyde d’hydrogène, qui affecterait la mélanine.

Symptômes et types de vitiligo : comment la maladie se manifeste-t-elle ?

Le vitiligo entraîne la perte de la couleur de la peau par plaques. Parmi les zones les plus touchées par la dépigmentation, on peut citer :

  • les mains
  • le visage, en particulier le contour des yeux et de la bouche
  • organes génitaux
  • aine
  • les aisselles.

La perte de couleur peut également affecter les muqueuses de la bouche et du nez, ainsi que les cheveux, les cils, les sourcils et la barbe, qui peuvent blanchir ou graisser avant l’heure.

Cette maladie se manifeste généralement de manière différente selon les individus, c’est-à-dire avec des taches plus ou moins grandes et étendues. Celles-ci peuvent progresser et s’étendre avec le temps, ont tendance à être permanentes et, dans certains cas, provoquent une sensation de démangeaison.

Types de vitiligo

Il existe deux types de vitiligo, en fonction de son étendue :

  • Le vitiligo segmentaire (également appelé « unilatéral » ou « localisé ») affecte un côté ou une partie du corps, comme un bras ou une jambe. Elle n’est pas symétrique, c’est-à-dire que la même tache n’apparaît pas sur deux parties correspondantes (par exemple, sur le genou droit et le genou gauche), et c’est la forme la moins courante. Elle est plus fréquente chez les enfants.
  • Le vitiligo non segmentaire (également appelé « bilatéral » ou « généralisé »), où les taches apparaissent des deux côtés du corps de manière symétrique. Il s’agit du type le plus courant.

Outre ces deux types, il existe également un vitiligo universel, qui apparaît lorsque la dépigmentation touche presque toutes les zones du corps.

Complications et impact psychologique du vitiligo

Les complications que le vitiligo peut entraîner comprennent les coups de soleil, car la peau est dépourvue de mélanocytes qui protègent du soleil par la production de mélanine, les problèmes oculaires et la perte d’audition (perte partielle de l’audition). En effet, les mélanocytes ne se trouvent pas seulement sur la peau, mais aussi dans l’œil et l’oreille.

Sans oublier l’inconfort social et psychologique que la maladie peut provoquer, surtout chez les enfants et les adolescents. Le vitiligo a en effet un fort impact sur l’image de la personne, qui se sent donc souvent gênée par les autres. Si nécessaire, un parcours thérapeutique peut donc être utile pour retrouver l’estime de soi et vivre de meilleures relations interpersonnelles.

Comment cette maladie est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic repose généralement sur l’étude des antécédents médicaux du patient et sur un examen approfondi. Le médecin peut demander à la personne si des membres de sa famille sont atteints de vitiligo, si elle souffre de maladies auto-immunes ou si elle a subi des lésions cutanées, comme un coup de soleil ou une blessure. Le praticien peut également prescrire des analyses sanguines pour vérifier la présence de maladies auto-immunes associées au vitiligo, la santé du pancréas et de la thyroïde.

Il existe également un instrument spécifique pour le diagnostic du vitiligo, appelé lampe de Wood. Il s’agit d’une lampe qui émet des rayons ultraviolets et qui permet aux praticiens de distinguer plus facilement les taches causées par cette affection de celles causées par d’autres problèmes de peau.

Une tache de couleur claire n’est pas toujours synonyme de vitiligo, mais peut être causée par d’autres affections telles que le pityriasis versicolor, une maladie fongique qui provoque une dépigmentation. Il y a ensuite le pityriasis alba, assez fréquent chez les enfants et qui entraîne la formation de taches blanchâtres, et le nevus achromicum, une tache blanche, généralement congénitale. Sans oublier que la phase de cicatrisation consécutive à une piqûre d’insecte ou à un impétigo, par exemple, peut également donner lieu à des plaques de ce type.

vitiligo

Quels sont les traitements du vitiligo ?

À ce jour, il n’existe pas de remède définitif au vitiligo, bien que différents types de traitement soient disponibles pour redonner à la peau sa couleur naturelle. Il convient d’en discuter avec votre dermatologue, car le choix de l’option la plus appropriée dépend de divers facteurs tels que l’âge du patient, l’étendue de la maladie et la présence d’autres maladies associées au vitiligo.

Il est important de savoir que la réponse au traitement peut varier d’une personne à l’autre. On a souvent tendance à combiner différentes approches pour obtenir de meilleurs résultats, comme l’association d’une photothérapie et de médicaments, mais même dans ce cas, les résultats peuvent ne pas durer, et ils n’ont pas la capacité d’arrêter la progression de la maladie.

Les traitements ne sont pas toujours utilisés mais, surtout si les taches ne sont pas particulièrement grandes et étendues, les gens choisissent de les dissimuler en les camouflant, par exemple en utilisant des produits cosmétiques capables de couvrir de telles imperfections. En outre, les personnes à la peau claire doivent principalement éviter l’exposition au soleil pour que les taches soient presque invisibles. À cet égard, les personnes atteintes de vitiligo doivent toujours se protéger en utilisant des crèmes solaires avec une protection adéquate, c’est-à-dire 50 ou plus, car, comme nous l’avons mentionné, elles présentent un risque élevé de coups de soleil.

N’oublions pas non plus l’importance de la vitamine D, dont la quantité peut diminuer en raison d’une moindre exposition au soleil : pour cette raison, il peut être utile d’introduire un complément dans l’alimentation, à évaluer bien sûr avec votre médecin.

Après cet aperçu général, voyons quels sont les principaux traitements utilisés pour le vitiligo, des traitements pharmacologiques à la chirurgie.

Médicaments à appliquer sur la peau

Certains médicaments utilisés sur la peau peuvent aider à lui redonner sa couleur. Il s’agit notamment des corticostéroïdes topiques qui, chez l’adulte, peuvent être utilisés dans les cas suivants :

  • La protection solaire et le maquillage ne suffisent pas à cacher les taches ;
  • si le vitiligo bilatéral touche moins de 10 % du corps ;
  • la grossesse n’est pas en cours.

Le patient doit également être conscient des effets secondaires possibles de ce type de médicament, notamment l’amincissement de la peau et l’apparition de stries. La manière, le moment et la quantité à appliquer doivent être soigneusement étudiés avec le médecin.

Une alternative aux corticostéroïdes sont les médicaments immunosuppresseurs tels que le Tacrolimus et le Pimecrolimus. Également couramment utilisés pour traiter l’eczéma atopique, ils doivent toujours être appliqués sur la peau et peuvent être utilisés aussi bien chez les adultes que chez les enfants.

Traitement du vitiligo par photothérapie

Un autre traitement utilisé pour le vitiligo est la photothérapie, qui est généralement proposée aux adultes et aux enfants lorsque les thérapies locales susmentionnées n’ont pas eu l’effet désiré et que la maladie a un impact important sur la vie du patient. Elle est particulièrement efficace lorsqu’elle est associée à des traitements pharmacologiques et consiste à exposer la peau aux rayons UVA ou UVB à l’aide d’une lampe spéciale.

Il existe également une application appelée PUVA qui implique l’utilisation de rayons ultraviolets en combinaison avec l’utilisation de psoralène, un composé d’origine végétale ayant une action photosensibilisante qui peut être appliqué sur la peau ou pris par voie orale.

S’appuyer sur la dépigmentation

La dépigmentation peut être recommandée pour les patients adultes lorsque le vitiligo affecte plus de la moitié du corps. Elle consiste à appliquer sur la peau saine un agent de dépigmentation à base d’hydroquinone, qui uniformise progressivement la couleur de toutes les parties du corps (éclaircissant ainsi également les zones non touchées par le vitiligo). Les résultats du traitement sont généralement permanents et les effets secondaires possibles comprennent des rougeurs, des démangeaisons et des brûlures.

Traiter le vitiligo par une greffe de peau

La chirurgie ne convient qu’aux adultes et consiste en une greffe de peau, par laquelle un morceau de peau saine provenant d’une zone du corps non touchée par la maladie est greffé sur la zone endommagée par le vitiligo. Cette option n’est indiquée que si les taches n’ont pas augmenté ou ne se sont pas aggravées au cours de l’année écoulée, ou si la maladie n’a pas été causée par des lésions cutanées.

Il existe différentes procédures chirurgicales, et une alternative à la méthode susmentionnée est l’ablation d’une portion de peau saine dont on extrait les mélanocytes pour les transplanter dans la zone de vitiligo. Il est bon de savoir que parmi les effets secondaires de la chirurgie figure la formation éventuelle de cicatrices.

Des remèdes alternatifs pour traiter le vitiligo sont également à l’étude, mais il n’existe actuellement aucune preuve que ces remèdes ou d’autres remèdes à base de plantes soient réellement efficaces. En outre, les dermatologues mettent en garde contre l’utilisation de ces remèdes naturels en même temps que des médicaments, car ils pourraient créer des réactions imprévisibles ou diminuer la fonctionnalité des traitements.

En conclusion, comme nous l’avons vu, le vitiligo n’est pas une maladie contagieuse ni une maladie qui cause des dommages particuliers au corps. Il est toutefois essentiel de faire attention à sa propre peau afin d’éviter, par exemple, les désagréables coups de soleil qui, dans les cas extrêmes, peuvent même entraîner des conséquences graves et différées.

En particulier, il est important de s’exposer au soleil avec la protection nécessaire et de faire périodiquement cartographier ses grains de beauté, un outil très important dans la prévention du mélanome cutané. Si nous remarquons que des zones de la peau perdent leur couleur, nous pouvons contacter notre médecin de famille ou un dermatologue pour savoir s’il s’agit de vitiligo ou d’un autre trouble.

Les commentaires sont clos.