glaucome-personne-agee

Glaucome : quels sont les symptômes et comment les traiter ?

Le terme glaucome définit les lésions qui affectent le nerf optique, compromettant sa fonctionnalité et entraînant malheureusement, dans certains cas, la perte de la vue : en fait, après la cataracte, il s’agit de la deuxième cause de cécité dans le monde, comme l’indique la Glaucoma Research Foundation.

En outre, le glaucome touche environ 60 millions de personnes dans le monde, principalement après l’âge de 40 ans. Approfondissons le sujet ensemble aujourd’hui pour mieux comprendre ce qu’il en est, quels en sont les symptômes et comment il peut être traité.

Anatomie de l’œil : à quoi sert le nerf optique ?

Avant d’analyser les caractéristiques de cette maladie, il est utile de faire un bref rappel de l’anatomie de nos yeux pour comprendre à quoi sert exactement le nerf qui est affecté par le glaucome.

Le nerf optique fait partie des nerfs crâniens et appartient au système nerveux central : sa tâche est de relier nos yeux au cerveau, en transportant des impulsions électriques qui sont ensuite traduites en images.

Cette terminaison nerveuse est directement reliée à la rétine, la zone de l’œil formée par les photorécepteurs qui captent l’information visuelle : une portion du nerf part de la rétine, qui, après environ cinq centimètres, rejoint l’autre en un seul tractus (le chiasma) qui se divise ensuite à nouveau en deux terminaisons, l’une droite et l’autre gauche, qui transportent l’information vers le cortex cérébral visuel primaire.

Nous comprenons donc que si cette partie du système nerveux est compromise, cela peut avoir de graves répercussions sur la capacité visuelle générale : examinons maintenant spécifiquement comment le glaucome peut affecter le nerf optique, afin de comprendre les causes de ce grave problème.

glaucome-nerf-optique

Glaucome : caractéristiques de la maladie et principales causes

Comme nous l’avons mentionné, le nerf optique peut être compromis par le glaucome pour diverses raisons :

Augmentation de la pression oculaire

Un cycle de production et de réabsorption d’eau (connu sous le nom d’humeur aqueuse) est constamment activé dans nos yeux pour maintenir l’organe oculaire tonique et sain. Ce processus se déroule au niveau du trabéculum, la zone de l’œil dont la fonction est de drainer l’humeur aqueuse : si le trabéculum réduit sa fonction, l’absorption de l’eau ralentit et une augmentation de la pression à l’intérieur de l’œil se produit, ce qui, à terme, peut conduire au développement d’un glaucome.

Une mauvaise irrigation sanguine

Beaucoup plus rarement, le glaucome affecte le nerf optique même sans augmentation de la pression. Dans ces cas, la zone du nerf optique est mal irriguée, ce qui l’endommage au point de provoquer un glaucome.

Causes congénitales

Cette maladie peut survenir dès la naissance, suite à un développement au stade embryonnaire.

Malheureusement, il arrive souvent que la cause de l’une des affections susmentionnées ne soit pas connue. C’est pourquoi on distingue le glaucome primaire, lorsque la raison de la maladie n’est pas évidente, et le glaucome secondaire, lorsque la maladie est la conséquence directe d’un autre problème.

Les principales causes du glaucome secondaire, empêchant l’humeur aqueuse de s’écouler librement et provoquant ainsi une augmentation de la pression oculaire et des lésions du nerf optique, sont les suivantes

  • infections et inflammations dans la région des yeux;
  • les tumeurs affectant l’œil et la région du crâne;
    grandes cataractes;
  • une opération de l’œil, telle qu’une opération de la cataracte, qui peut provoquer des lésions et une inflammation dans la zone du nerf optique;
  • utilisation prolongée de médicaments à base de soufre, de glucocorticoïdes, de corticostéroïdes.

Les différents types de glaucome

La plupart des glaucomes se divisent en deux catégories : les glaucomes à angle ouvert et les glaucomes à angle fermé :

Glaucome à angle ouvert

Le glaucome à angle ouvert est le type le plus courant de glaucome. Dans ce cas, les canaux de drainage s’obstruent progressivement au fil des mois ou des années et l’obstruction n’est pas visible (d’où le nom « angle ouvert »).

Glaucome à angle fermé

Ce glaucome est plus rare : les canaux de drainage se bloquent parce que l’angle par lequel passe l’humeur aqueuse est trop étroit, et le blocage peut être observé par des examens d’investigation. L’obstruction peut alors survenir soudainement (on parle alors de glaucome aigu à angle fermé) entraînant une augmentation brutale de la pression oculaire, ou progressivement (glaucome chronique à angle fermé). Dans le second cas, la pression augmentera progressivement, comme dans le cas du glaucome à angle ouvert, présentant ainsi un cas moins grave.

Comment reconnaître les symptômes du glaucome ?

Malheureusement, le glaucome survient très souvent en l’absence de symptômes : les symptômes associés au glaucome ne se manifestent que dans le cas d’un glaucome aigu à angle fermé.

Dans cette condition, comme nous l’avons dit, la pression oculaire augmente très rapidement, et des problèmes surviennent alors, tels que :

  • douleur intense aux yeux;
  • difficulté soudaine à voir;
  • rougeur des yeux;
  • maux de tête;
  • vision de halos colorés;
  • nausées et vomissements.

Le principal signe d’alerte d’un glaucome chronique à angle ouvert ou fermé est un défaut du champ visuel, c’est-à-dire une difficulté à voir clairement vers le haut, le bas, les côtés et le centre. Ces défauts sont remarqués car ils rendent difficile la réalisation des activités quotidiennes telles que la lecture, la conduite automobile et la vision claire sur les marches ou les bords.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, le glaucome peut survenir et progresser sans aucune perturbation perceptible : lorsque vous remarquez que vous avez de tels problèmes de vision, les lésions du nerf optique sont déjà avancées.

C’est pourquoi, comme nous allons le voir dans un instant, il est important de connaître les facteurs de risque de cette maladie et de surveiller attentivement son état de santé général.
Personnes à risque de glaucome : quand faut-il accorder une attention particulière à sa santé oculaire ?

Comme cette maladie ne présente pas de symptômes spécifiques, sauf en cas d’épisode aigu, il est particulièrement important pour certaines catégories de personnes de surveiller l’état de leurs yeux, en effectuant des contrôles périodiques et en s’adressant toujours à leur ophtalmologue. En particulier, les éléments suivants sont identifiés comme des risques particuliers :

  • à partir de 40 ans, avec une alerte supplémentaire après 60 ans;
  • antécédents familiaux de glaucome;
  • myopie;
  • hypermétropie;
  • diabète;
  • hypertension;
  • utilisation de médicaments à base de soufre, de corticostéroïdes, de glucocorticoïdes;
  • traumatisme oculaire ou chirurgie oculaire;
  • coexistence de problèmes oculaires, par exemple pseudo-exfoliatio lentis, syndrome de dispersion pigmentaire ou petit angle cornéo-iris.

Examens pour diagnostiquer le glaucome

S’il est nécessaire de procéder à un diagnostic approfondi pour confirmer ou infirmer la présence d’un glaucome, le spécialiste effectuera d’abord un premier examen pour examiner le segment antérieur de l’œil et le fond de l’œil.

Il est suivi par :

  • la tonométrie, pour mesurer la pression intraoculaire
  • la pachymétrie, pour mesurer l’épaisseur de la cornée
  • gonioscopie, pour étudier les différents types de glaucome.

Si le diagnostic révèle la présence de la maladie, d’autres examens exploratoires peuvent être effectués, tels que :

  • Etude du champ visuel, nécessaire pour évaluer la sensibilité de la rétine.
  • Tomographie à lumière cohérente (OCT), pour vérifier l’épaisseur des fibres nerveuses autour du nerf optique.
  • Périmétrie informatisée FDT (frequency doubling technology) pour évaluer toute altération ou tout déficit du champ visuel.

À la suite de ces examens, et de tout autre examen jugé nécessaire par le spécialiste référent, une décision sera prise quant à la thérapie, ou l’intervention, à mettre en œuvre pour ralentir la progression du glaucome.

depistage-examen-glaucome

Traitement du glaucome : médicaments et chirurgie

À ce jour, il n’existe pas de véritable remède contre le glaucome : malheureusement, la perte de la vue causée par cette maladie est permanente.

Ce qui peut être fait avant que la perte de vision ne survienne, à l’aide de médicaments ou d’une intervention chirurgicale, c’est de ralentir la progression du glaucome en limitant les dommages causés au nerf optique. Alors comment gérer le problème et éviter qu’il ne s’aggrave au point de provoquer une perte de vision ? Regardons cela ensemble.

Traitement pharmacologique

La médication est la plus efficace dans le cas du glaucome à angle ouvert, qui est traité par une thérapie médicamenteuse basée sur des gouttes oculaires contenant des bêta-bloquants prostaglandines, des agonistes alpha-adrénergiques ou des inhibiteurs de l’anhydrase carbonique.

Des médicaments sont également administrés pour traiter l’urgence du glaucome aigu à angle fermé : tout d’abord ceux mentionnés ci-dessus, puis la pression oculaire et la décompensation physique générale avec des pilules d’acétazolamide, des diurétiques comme la glycérine ou l’isosorbide (par voie orale) ou le mannitol (par voie intraveineuse).

Chirurgie pour traiter le glaucome

La chirurgie est considérée comme nécessaire pour améliorer l’état des patients dont la pression oculaire est extrêmement élevée ou pour ceux dont les dommages sont déjà importants : elle peut être efficace pour le glaucome à angle ouvert et à angle fermé, qu’il soit aigu ou chronique, et peut être associée à l’utilisation de médicaments.

Les principales interventions pour traiter le glaucome sont :

  • la chirurgie au laser, qui est utilisée pour augmenter le drainage ou pour créer une ouverture dans l’iris, ce qui permettra à la pression de diminuer.
  • la chirurgie de filtration, qui consiste à créer une nouvelle voie de drainage par laquelle l’humeur aqueuse surmonte les canaux de sortie obstrués.
  • les procédures d’épaisseur partielle, qui enlèvent une partie du drainage pour améliorer l’écoulement du fluide.

Il est également important de savoir que, en ce qui concerne le glaucome secondaire, qui, comme nous l’avons vu, trouve son origine dans d’autres causes pathologiques, le traitement doit être envisagé en fonction du tableau de santé complet, en intervenant donc, si possible, également sur l’origine de l’atteinte du nerf optique, qu’il s’agisse d’une infection, d’une tumeur ou d’un autre problème.

Santé des yeux : l’importance de la prévention

Comme nous l’avons vu, le glaucome est une maladie grave qui évolue silencieusement, c’est pourquoi elle est également connue sous le triste nom de « voleur silencieux de la vue ».

Comme les symptômes ne viennent pas à notre secours pour nous alerter, on comprend que la prévention joue un rôle particulièrement important, surtout pendant la vieillesse, lorsque cette maladie nous touche plus fréquemment et plus gravement, également en raison de la concomitance avec d’autres pathologies.

À tout âge, mais surtout après 60 ans, il est donc essentiel de procéder à des contrôles de santé réguliers, dont ceux visant en particulier la santé des yeux.

Il est également intéressant de savoir qu’il existe des aliments qui aident à préserver la santé des yeux, comme les légumes à feuilles vertes, les légumes jaunes et orange, le poisson bleu, etc.

D’une manière générale, il est donc toujours conseillé de mener un mode de vie sain, où les contrôles réguliers effectués par des spécialistes de confiance s’accompagnent d’un exercice physique constant et d’une alimentation équilibrée.