Les bienfaits extraordinaires de la Rhodiola

Les bienfaits extraordinaires de la Rhodiola

La rhodiola (Rhodiola rosea) est une petite plante herbacée appartenant à la famille des Crassulaceae.

Très répandue dans les régions subarctiques et montagneuses de toute l’Eurasie, y compris les Alpes, la rhodiole est également connue sous le nom de « racine dorée » ou « racine arctique ».

RhodiolaRhodiola est un ingrédient typique de la médecine traditionnelle russe, scandinave et chinoise, vanté pour ses effets positifs sur la vitalité physique et cognitive.

Dans des conditions de stress mental et physique prolongé, la rhodiola semble réduire la fatigue générale et la lassitude. Lors d’essais préliminaires, la rhodiola s’est avérée être neuro-protectrice et impliquée dans l’augmentation de la longévité (ce dernier point n’a pas été confirmé par la suite dans l’organisme des mammifères).

Après le ginseng, la rhodiola est probablement la deuxième plante adaptogène la plus utilisée dans le monde.

Quand utiliser la rhodiola ?

La rhodiola est une plante médicinale à l’histoire riche et fascinante ; la drogue qu’elle produit est connue depuis des temps immémoriaux comme une aide utile pour revigorer l’esprit et le corps.

La partie utilisée aujourd’hui, comme par le passé, est la racine, qui est particulièrement adaptée au traitement du stress mental et de la fatigue physique générale.

En particulier, la rhodiola est indiquée comme complément alimentaire des personnes qui souhaitent

  • Optimiser les fonctions : hépatique, musculaire, cardiaque, mentale ;
  • Réduire les symptômes de la fatigue et favoriser la récupération après un épuisement physique et musculaire ;
  • contrecarrer les légers symptômes dépressifs associés à la faiblesse et à l’asthénie;
  • Promouvoir l’activité cognitive ;
  • Renforcer le système immunitaire ;
  • Améliorer les défenses antioxydantes
  • Réduire la sensation de faim ;
  • Chez les hommes, augmente la vigueur sexuelle.

Quels sont les avantages la rhodiola ?

La rhodiola est utilisée en phytothérapie comme une drogue adaptogène ; comme le ginseng et l’éleuthérocoque, elle améliore l’endurance et les défenses de ceux qui la prennent, en stimulant le corps à réagir positivement aux situations stressantes.

Les composés pharmacologiquement actifs identifiés dans la racine de rhodiola sont nombreux (environ 140) et incluent :

  • Glycosides phénoliques spécifiques à une espèce ;
  • Acides organiques (gallique, caféique et chlorogénique) ;
  • Flavonoïdes ;
  • Catéchines ;
  • Proanthocyanidines ;
  • Autres tanins, etc.

Le principal glycoside phénolique de la rhodiola est le salidroside, auquel les extraits commerciaux sont généralement standardisés.

Ce glycoside est également connu sous le nom de rhodioloside ou rhodosine, et est présent dans la racine à des concentrations allant de 0,1 à 1%.

D’autres glycosides caractéristiques ayant une action synergique sont la rosavine, la rosarine et la rosiridine.

Les concentrations d’un composé phénolique appelé para-tyrosol sont également significatives (0,03 – 0,2%).

Le salidroside et le para-tyrosol influencent les niveaux et les activités des monoamines (dopamine, adrénaline, norépinéphrine, sérotonine) en inhibant l’enzyme responsable de leur dégradation ; il en résulte une amélioration de l’activité métabolique générale (foie, muscles, cœur) et de l’activité intellectuelle (effet antidépresseur, amélioration de la mémoire et de la capacité de concentration). Les mêmes principes actifs exercent une action équilibrante sur les peptides opioïdes (bêta-endorphines), dont la rhodiola semble induire la synthèse.

Les extraits alcooliques ou aqueux ont démontré de fortes propriétés antioxydantes, attribuables à diverses substances, notamment des flavonoïdes et des acides organiques. Dans certaines études, la rhodiola a démontré des propriétés anti-faim (lorsqu’elle est prise avant les repas) et des propriétés lipolytiques (elle stimule les lipases actives dans le tissu adipeux, favorisant la mobilisation des acides gras). Ces actions suggèrent son utilisation possible dans les préparations adjuvantes pour les régimes hypocaloriques.

Une certaine efficacité contre les troubles sexuels masculins est soutenue par l’utilisation traditionnelle de la rhodiole dans les philtres d’amour.

En particulier dans les cas de stress liés à une activité motrice prolongée de faible intensité, la rhodiola montre un certain effet accélérateur sur la récupération musculaire et réduit les symptômes de fatigue.

Comment utiliser la rhodiola ?

La dose journalière recommandée de rhodiola varie en fonction de la concentration de principes actifs dans l’extrait.

Dans plusieurs études, un extrait de rhodiola standardisé avec de la rosavine (3,6%), du salidroside (1,6%) et du para-tyrosol (<0,1%) a été utilisé à des doses comprises entre 100 et 170 mg par jour.

Dosage et mode d’utilisation : peuvent-ils changer en fonction de l’origine ?

La composition chimique de l’huile essentielle extraite de la racine de rhodiola varie selon l’origine. Par exemple, la rosavine, la rosarine et la colophane se trouvent en plus forte concentration dans la rhodiola d’origine russe.

Les principaux composants de l’huile essentielle de rhodiola bulgare (une variété qui contient également de l’alcool cinnamique) sont le géraniol et le myrténol.

Dans la rhodiole chinoise, les principaux composants sont le géraniol et le 1-octanol.

Dans la rhodiola indienne, c’est l’alcool phényléthylique.

Cela suggère que la dose et la méthode d’utilisation peuvent varier en fonction de la matière première et de l’objectif thérapeutique ; avant toute consommation, il est conseillé de consulter un phytothérapeute expérimenté.

La rhodiola comme aliment

Les feuilles et les pousses de rhodiola ont un goût amer et sont généralement consommées crues ou cuites de la même manière que les épinards ; elles sont parfois ajoutées à des salades composées.

Effets secondaires de la rhodiola

La rhodiola semble être un médicament assez sûr, avec moins d’effets secondaires que les autres médicaments adaptogènes.

Des doses élevées peuvent provoquer de l’insomnie et de l’irritabilité.

Quand ne faut-il pas utiliser la rhodiola ?

L’utilisation de la rhodiola doit être évitée chez les personnes qui souffrent spontanément d’anxiété, de troubles du sommeil ou d’un mauvais sommeil, d’irritabilité et de nervosité.

L’utilisation de la rhodiola est également déconseillée aux personnes souffrant d’hypertension artérielle et de divers troubles cardiaques.

Il est conseillé d’éviter d’associer la rhodiola à certains traitements médicamenteux (voir ci-dessous).

La rhodiola peut interférer avec l’action thérapeutique de : antidépresseurs, anxiolytiques, barbituriques, diurétiques, etc.

Que devez-vous savoir avant de prendre de la rhodiola ?

Jusqu’en 2012, les études évaluant les effets de la rhodiola sur l’homme n’ont montré aucune signification aux caractéristiques phytothérapeutiques de la plante.

La Food and Drug Administration (FDA) n’a pas approuvé les médicaments à base de rhodiola en raison du manque d’informations sur la sécurité et l’efficacité pour le syndrome de Raynaud, le mal des montagnes et la dépression.

La rhodiola a également été répertoriée dans la base de données des plantes toxiques de la FDA.

Les commentaires sont clos.