melanine-couleur-peau

Fonctions de la mélanine et couleur de la peau

La couleur de la peau est principalement due à la présence d’un pigment cutané appelé mélanine, la même substance responsable de l’assombrissement de la peau lorsqu’elle est exposée au soleil.

La couleur de la peau est également déterminée, dans une moindre mesure, par l’hémoglobine qui, lorsqu’elle fixe l’oxygène, donne au sang une couleur rouge vif, donnant à la peau une teinte rosée. À l’inverse, lorsque l’hémoglobine est dissociée, le sang prend une couleur bleutée, ce qui peut donner à la peau une teinte cyanosée (gris bleuté). Ce phénomène est plus évident chez les personnes à la peau claire.

Les pigments caroténoïdes, présents dans les aliments jaune-orange (principalement les carottes, puis les abricots, les poivrons, les tomates, etc.) contribuent également à la couleur de la peau. Si le régime alimentaire d’une personne est particulièrement riche en ces aliments, sa peau, surtout dans la paume des mains, peut prendre une couleur vaguement jaunâtre. C’est ce qu’on appelle la caroténose.

Mélanine : synthèse et fonctions

La mélanine est produite par les mélanocytes, des cellules dendritiques situées dans la couche basale de l’épiderme. Leurs dendrites se développent vers le haut et entrent en contact avec un grand nombre de kératinocytes.
Le nombre de mélanocytes est approximativement le même, quelle que soit la population à laquelle ils appartiennent. Avec le vieillissement de l’individu, le nombre de mélanocytes actifs, c’est-à-dire capables de produire de la mélanine, diminue progressivement. Ce phénomène est le plus évident dans les cheveux, où la perte de couleur est liée à la perte d’activité des mélanocytes dans les follicules pileux.

  • MELANINE : pigment responsable de l’assombrissement de la peau
  • MELANOCITI : cellules qui produisent la mélanine.
  • MELANOSOMES : organelles situées à l’intérieur des mélanocytes et responsables de la synthèse de la mélanine.
  • MELANOGENESE : processus de production de mélanine.
  • KERATINOCITI : composant majeur des cellules épidermiques
  • EPIDERMIDE : couche externe de la peau

La mélanogénèse est le processus de production de mélanine. Il est divisé en quatre étapes :

  • la production de mélanosomes dans les mélanocytes ;
  • la synthèse de la mélanine dans les mélanosomes ;
  • le transfert des mélanosomes des mélanocytes aux kératinocytes ;
  • la dégradation des mélanosomes ;

Production et synthèse de mélanosomes

La synthèse de la mélanine est un processus particulièrement complexe. Rappelons simplement que cette synthèse commence par la tyrosine, un acide aminé que notre organisme est capable de produire à partir de la phénylalanine qui, contrairement à son dérivé, est considérée comme un acide aminé essentiel.

Il existe deux types de mélanine, l’eumélanine (pigment plus foncé et insoluble) et la phéomélanine (pigment rouge-jaunâtre riche en soufre). En fonction du type de mélanine et de la taille des mélanosomes, on peut distinguer trois types :

  • CARNAGE FONCÉ/NOIR : les mélanosomes sont très grands et particulièrement riches en eumélanine.
  • CAUCASUS : les mélanosomes sont plus petits et contiennent de l’eumélanine.
  • CELTIQUES : les mélanosomes sont encore plus petits et contiennent de la phéomélanine (populations d’Europe du Nord à la peau très claire).

Transfert des mélanosomes des mélanocytes aux kératinocytes

L’étape suivante est le transfert des mélanosomes vers les kératinocytes. Cette étape est essentielle car tant que la mélanine reste dans les mélanocytes, l’épiderme ne prend pas de couleur.

Ce n’est que lorsque les mélanosomes sont transférés aux kératinocytes que la peau devient pigmentée.

Initialement, les mélanosomes se déplacent le long des dendrites : à l’intérieur des mélanocytes se trouvent des filaments protéiques à capacité contractile, capables de faire migrer les mélanosomes vers l’apex dendritique. À ce stade, les kératinocytes sont capables de phagocyter l’extrémité des dendrites, libérant ainsi les mélanosomes.

Dégradation des mélanosomes

La quatrième phase est celle de la dégradation des mélanosomes contenus dans les kératinocytes. A ce stade, il convient de faire une distinction entre les différents types de population.

Dans les mélanocytes, les mélanosomes sont séparés les uns des autres. Une fois dans les kératinocytes, ils peuvent rester isolés ou se regrouper en amas appelés complexes de mélanosomes (typiques du phénotype celte et caucasien). L’ensemble du processus est conditionné par la taille des mélanosomes et leur contenu en mélanine.

Dans la population celte, les petits mélanosomes, riches en phéomélanine, se regroupent facilement en complexes mélanosomiques encerclés par la membrane. Ils contiennent des enzymes spéciales capables de dégrader les membranes et la mélanine elle-même. La peau celtique étant pauvre en mélanine, cette dégradation se produit presque entièrement dans les couches profondes de l’épiderme, empêchant le pigment de remonter et donnant à la peau sa couleur pâle typique.

Chez les Caucasiens, en raison de leur teneur plus élevée en mélanine, cette dégradation est plus lente et moins efficace pour empêcher le pigment de remonter.

Dans la population à la peau foncée, les mélanosomes, qui sont riches en eumélanine, restent isolés les uns des autres (contrairement aux cas précédents, ils ne forment pas de complexes de mélanosomes). Cette caractéristique empêche la dégradation de la mélanine, qui atteint facilement la couche cornée, donnant à la peau sa couleur foncée typique